dimanche 20 février 2011

Le modèle de Boris Boillon, alias Ibn Mouammar

"L'Irak est le vrai laboratoire de la démocratie dans le monde arabe. C'est là que se joue l'avenir de la démocratie dans la région. Potentiellement, l'Irak peut devenir un modèle politique pour ses voisins. Et, qu'on le veuille ou non, tout cela a été obtenu grâce à l'intervention américaine de 2003."
Boris Boillon, ambassadeur de France en Tunisie (après l'avoir été en Irak),  fils spirituel de Mouammar Kadhafi, Le Figaro, 30/8/2010. Lire l'interview ici
http://www.facebook.com/Boris.boillon.degage.degage

Un Sarkoboy en action
L'interview qui a indigné (à juste titre) les Tunisiens

Fils spirituel de Kadhafi
Le Gand Journal, Canal +, 25/11/2010
video

Boris Boillon avait déjà amusé les diplomates US en poste à Paris, il y a un peu plus de trois ans. Lors d'une rencontre de travail, ils remarquent que ce jeune conseiller présidentiel, 37 ans à l'époque, n'hésite pas à «se vanter» de son importance auprès de Nicolas Sarkozy. Il paraît aussi «se délecter» du rôle qu'il vient de jouer dans l'un des premiers coups d'éclat de la présidence Sarkozy : la libération des infirmières bulgares détenues en Libye depuis 1999. C'est ce qu'indique un document confidentiel dévoilé par WikiLeaks.
«Boris Boillon s'est vanté d'avoir pu écouter tous les appels téléphoniques que Nicolas Sarkozy a passés à Kadhafi», écrit ainsi une source US . «Il a déclaré que, hormis le Président, il était l'une des trois seules personnes du gouvernement à être totalement dans la boucle», c'est-à-dire à avoir toutes les informations. Boris Boillon fait même remarquer que Cécilia Sarkozy en savait moins que lui. «Cécilia n'était au courant que d'une partie du travail accompli», écrit le diplomate. Boris Boillon, lui, «semble se délecter quelque peu de son rôle encore secret» dans la libération des infirmières. «Clairement, il continue de savourer ce que l'Élysée considère comme un triomphe diplomatique.»

1 commentaire:

  1. Je suis scandalisé par un tel discours de la part d'une personne pleine de suffisance, de mépris et surtout de la muflerie dont il fait preuve à l'égard de personnes qui font leur travail. Je ne parle pas de son attitude lors des interwiews des journalistes. Un diplomate se doit d'être diplomate quand bien même, ce qu'il entend ne lui plaît pas. Il doit surtout rester courtois. Après tout, il n'est qu'ambassadeur et doit nous représenter à l'étranger. Il a des compétences et est certainement intelligent, mais ça ne lui laisse pas le droit de traiter les gens de cette manière. Le comportement de nos dignitaires et hauts fonctionnaires me fait penser à la société française d'avant la révolution de 1789 et cette époque est révolue. J'ai des amis étrangers qui lors de discutions me font vraiment honte parfois d'être français, lorsque je vois le comportement de ce qui sont censés nous représenter Je ne peut pas m'identifier à eux. Le tout se qualifie en deux mots : lamentable et désolant.

    RépondreSupprimer